INFOS FLASH

Soutenir l'Eglise catholique en faisant un don

Communiqués officiels

Euthanasie : Réaction des évêques de Belgique sur l’approbation de la loi sur l’élargissement de l’euthanasie

Les évêques de Belgique sont très déçus de l'approbation par la Chambre des représentants de la loi relative à l'élargissement de l’euthanasie pour les mineurs. Ils déplorent l'adoption d'une loi que de nombreux experts considèrent comme inutile et qui comporte de nombreux défauts.
Les évêques partagent l’avis de tous ceux qui, dans le débat sur l'euthanasie, se sont prononcés sans ambiguité contre cette loi  en fonction de leur expérience ou de leur expertise.
Ils soutiennent totalement les droits de l'enfant, dont le droit à l'amour et au respect est le plus fondamental. Mais le droit de l'enfant à demander sa propre mort est un pas de trop. Il s’agit de la transgression de l’interdit de tuer, qui constitue la base de notre société humaine.
Les évêques craignent que cette nouvelle loi ouvre grande la porte à une prochaine extension aux personnes handicapées, aux personnes démentes, aux malades mentaux, voire à celles qui sont fatiguées de vivre. Ils insistent pour que tout soit mis en œuvre pour combattre au maximum la douleur et la souffrance et pour que tous ceux qui – professionnels et volontaires - accompagnent des personnes malades et souffrantes, soient soutenus d’une façon optimale.

SIPI – Bruxelles, jeudi 13 février 2014

L’euthanasie et ses enjeux

Communiqué des évêques de Belgique, 22 janvier 2014

Les évêques de Belgique, réunis en Conférence épiscopale à Grimbergen, ont approfondi la problématique de la fin de vie, en présence d'experts en matière médicale, juridique, éthique et pastorale.

Ils se sentent fortement interpelés par la proposition de loi discutée actuellement à la Chambre sur l'élargissement de l'euthanasie aux mineurs, c'est-à-dire aux enfants et aux jeunes. Ils se demandent pourquoi légiférer en une matière aussi délicate, quand on sait qu'aux Pays-Bas une pareille loi existe depuis 2006, mais n'a pratiquement jamais dû être appliquée. Cette question les a poussés à creuser les enjeux sous-jacents à cette initiative et à les partager largement .

Le premier enjeu est l'interdiction de tuer, qui est à la base de notre société. En ouvrant la porte à l'euthanasie des mineurs, on court le danger de vouloir l'étendre aux handicapés, aux personnes démentes, aux malades mentaux, et même à ceux qui sont fatigués de vivre. On risque ainsi de changer le sens de la vie humaine et d'accorder la valeur d'humanité seulement à ceux qui sont capables de reconnaître la dignité de leur propre vie. On introduit donc le doute sur la valeur de certaines vies humaines.

Le second enjeu est le changement de la pratique médicale, lié aux grands progrès de la médecine. Mais quand la médecine arrive au bout de ses possibilités, on passe du tout au rien, et on est tenté de s'orienter tout de suite vers l'euthanasie. On oublie le rôle de la sédation, qui apaise la douleur, et l'importance des soins palliatifs, qui préparent sereinement à la mort. Le médecin et le personnel médical sont ébranlés dans leur pratique et se demandent quel est leur rôle, entre le « trop » de médecine et le « plus rien » de l'euthanasie.

Le troisième enjeu nous renvoie à notre propre mort : comment la préparer et ne pas l'ignorer ? Avec qui en parler, quelles dispositions prendre, comment être entouré ? Comment éviter de faire de la mort un moment tabou ? Comment mourir dans la dignité, en respectant la valeur de la vie humaine ?

Le quatrième enjeu est celui de la souffrance. 70% des Belges se disent favorables à une mort douce. C'est normal. Il faut à tout prix combattre toute forme de douleur et diminuer au maximum la souffrance. Mais quand celle-ci est malgré tout présente, chez le malade, comme chez les proches, ou parmi le personnel médical, comment peut-on l'assumer ? Comment être préparés à affronter la souffrance comme une épreuve qu'on peut partager et vivre ensemble ? Comment nous soutenir mutuellement pour traverser les moments de souffrance ?

Le cinquième enjeu est celui de la spiritualité. Dans la question de l'euthanasie se joue tout le sens de la vie. Comment l'expérience chrétienne nous aide-t-elle à affronter la mort et la souffrance ? Quand nous fêtons la Pâque de Jésus, le vendredi saint nous fait vivre le drame de la souffrance ; le samedi saint, le mystère de la mort et de l'abandon ; le dimanche, la force de la résurrection. Comment le mystère pascal inspire-t-il notre vie et éclaire-t-il toute vie humaine ? Comment les institutions chrétiennes peuvent-elles proposer une attitude éthique par rapport à ces défis ?

En outre, les évêques ont également travaillé la question des évolutions du paysage paroissial dans le pays, avec des experts en pastorale.

Les évêques de Belgique

SIPI - Bruxelles, mercredi 22 janvier 2014

Année de la foi : Lettre des évêques de Belgique

Le Pape Benoit XVI a ouvert solennellement l'année de la foi, le 11 octobre de l'an passé. Elle se termine ce dimanche 24 novembre, à l'occasion de la fête du Christ-Roi.

Il y a juste 50 ans, s'ouvrait à cette date, le Concile Vatican II. Par leur lettre "Etre chrétien aujourd'hui", les évêques de Belgique ont répondu à l'appel lancé à l'Eglise universelle par Benoit XVI de retourner aux sources de notre foi et de la raviver. A l'occasion de la fin de l'année de la Foi, les évêques publient une nouvelle lettre ouverte qui sera diffusée dans les paroisses, le weekend des 24 et 25 novembre.

La lettre de quatre pages, s'intitule "Notre foi, source de force et de joie" et s'ouvre sur une citation du Pape François. Plus que le 50ième anniversaire de l'ouverture de Vatican II, l'élection du Pape François a déterminé et donné sa couleur à l' "Année de la foi". La lettre est un salut aux fidèles et les appelle à l'espérance et à la confiance. A côté de fragments de l'Ancien Testament, de Vatican II et de la dernière encyclique "Lumen fidei", le texte comporte aussi des citations entre autres, du Père abbé de l'abbaye d'Orval, Lode Van Hecke, d'Enzo Bianchi (fondateur de la communauté monastique œcuménique de Bose) et d'Herman van Rompuy.

La lettre se termine par un appel à vivre réellement sa foi avec d'autres, en Eglise. "La véracité et l'authenticité de notre foi se vérifient d'abord et surtout au sein de nos communautés chrétiennes. Celles-ci ne peuvent céder à la menace dangereuse de la peur ou de l'indifférence. Car l'Esprit de Jésus est un esprit de confiance, de joie et d'amour ! Portons-nous donc les uns les autres et donnons gratuitement tout ce que nous avons reçu gratuitement !"

Lire en ligne

SIPI - 21/11/2013

Lettre des évêques de Belgique pour la fin de l'Année de la Foi

13-11-Lettre-eveques-fin-de-l-annee-de-la-Foi.pdf

Synode sur la famille : les évêques souhaitent une large consultation

Les évêques de Belgique ont pris connaissance de la lettre de Mgr Lorenzo Baldisseri, Secrétaire Général du Synode des Evêques à Rome, et du questionnaire préparatoire visant à informer les membres du futur Synode.
 
Mgr Baldisseri invite à aller plus loin que lors de précédents synodes. Outre les évêques, c’est le peuple chrétien qui est invité à contribuer, à travers les doyennés et les paroisses.
Après consultation des responsables du journal Dimanche et Kerk en Leven, et des sites internet www.catho.be et  www.kerknet.be, les évêques sont en mesure de donner les modalités de cette consultation.
 
Les sites Internet Catho.be et Kerknet publient le questionnaire aujourd’hui (que vous pouvez télécharger ci-dessous). Le mercredi 27 novembre (délais d’impression des hebdomadaires oblige), les journaux  Dimanche et Kerk en Leven publieront aussi, en tout ou en partie le questionnaire.
 
Les réponses peuvent être envoyées au Secrétariat de la Conférence épiscopale, Synode 2014, 1, Rue Guimard, 1040 Bruxelles, par l’adresse électronique « synode2014@interdio.be », ou par courrier postal.
Selon des modalités encore à préciser par les évêques, les réponses seront analysées et regroupées. Elles seront analysées avec l’aide d’experts en théologie pastorale. Il est souhaitable de répondre en groupe, avant le 15 décembre 2013. Pour être prises en compte, les réponses devront comporter les noms et la provenance des personnes.
 
Les évêques souhaitent que cette consultation soit la plus riche possible. Toutefois, il ne s'agit pas d'un sondage public. L'enquête est destinée à inspirer les évêques dans la réponse synthétique qu'il leur revient d'envoyer à Rome.

SIPI – Bruxelles, vendredi 8 novembre 2013

Retrouvez le document de préparation et le questionnaire pour le Synode sur la famille de 2014 à Rome en cliquant ici.

Tragique accident d'avion: les évêques de Belgique disent leur tristesse

Un avion de tourisme s'est écrasé samedi, dans le courant de l'après-midi, à Marchovelette, près de Fernelmont, dans la province de Namur. Dans un communiqué, les évêques belges disent leur tristesse et assurent les familles endeuillées de leur soutien et de leur prière.

« Les évêques de Belgique viennent d'apprendre avec émotion le drame qui touche toutes les familles affectées par le décès des victimes de l'accident d'avion survenu à Temploux-Gelbressée-Fernelmont. Ils tiennent à exprimer aux familles, aux amis et particulièrement aux enfants de victimes leur profonde tristesse, souhaitant témoigner leur affection et leur prière. Dans les prochains jours, on prendra sans doute la vraie mesure de ce drame qui va toucher tant de personnes et ce sera une nouvelle occasion pour manifester solidarité et amitié. Les évêques souhaitent aussi prier humblement pour que le Christ ressuscité puisse éclairer de telles ténèbres à quelques jours de la Toussaint. »

SIPI - Bruxelles, samedi 19 octobre 2013

Lampedusa

En réunion  à la COMECE (Commission des Episcopats de l’Union Européenne) à Bruxelles le 10 octobre 2013, les évêques de Belgique ont décidé de se rallier à l’appel à  agir  du Cardinal Marx, Archevêque de Münich et Président de la COMECE. Celui-ci était à Bruxelles pour y recevoir les évêques Belges, et pour y rencontrer le président Barroso.

« L’Union européenne n’est pas un organisme international abstrait. Elle est une Union de peuples, de femmes et d’hommes qui croient en un ensemble de principes, parmi lesquels le plus vital est : la dignité humaine. L’UE est aussi une Union de 28 Etats membres qui se sont engagés à être solidaires entre eux et à l’égard du reste du monde.

La tragédie du naufrage au large de Lampedusa a, sans aucun doute, touché le cœur des Européens. Il est de la responsabilité de tous les citoyens européens d’appeler à une action politique forte et coordonnée afin qu’une telle tragédie ne se reproduise plus jamais. Depuis des années, nous avons suivi une politique qui visait à empêcher les personnes en détresse d’atteindre les côtes de l’Europe. Ce n’est pas de cette Europe-là que nous voulons. Le droit d’asile est un droit fondamental que nous devons respecter. Les réfugiés et demandeurs d’asile ont droit à être traités avec humanité.

Cette situation de crise a été aggravée par un manque évident de solidarité. Il devient maintenant urgent que le Conseil des Ministres «  Justice & affaires intérieures » de l’UE trouve un accord sur un quota de réinstallation significatif  pour chaque Etat membre. Par ailleurs, l’UE et la communauté internationale doivent lancer un appel au respect de la dignité humaine en direction des pays d’origine et de transit des migrants et demandeurs d’asile.
A l’avenir, nous ne parviendrons à éviter de telles tragédies qu’en traitant plus efficacement les crises en dehors de l’Europe, qui sont à l’origine de ces migrations. Nous devons venir en aide aux pays en voie de développement. Après cette tragédie, les européens devraient plaider en faveur d’objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) plus ambitieux pour combattre la pauvreté. La réponse ultime au défi posé actuellement à l’Europe par les réfugiés et demandeurs d’asile est avant tout un monde plus juste.

Les évêques de Belgique veulent  aussi faire retentir largement l'appel de Caritas Europa à l'Union Européenne:
«Le Conseil exécutif de Caritas Europa demande aux États membres de l'UE de  protéger les personnes dans le besoin tout en «protégeant» les frontières nationales. L'UE et le cadre juridique international, bien que pas parfait, donne à l'UE et ses États membres les instruments pour prévenir des tragédies telles que celle de Lampedusa la semaine dernière, mais le courage politique fait défaut.»

SIPI – Bruxelles, vendredi 11 octobre 2013

Communiqué suite à la libération conditionnelle de Michèle Martin

Nous venons d’apprendre par la presse la décision de la libération conditionnelle de Michèle Martin.

Sollicité par les journalistes j’aimerais dire que l’Eglise respecte la décision qu’a prise le Tribunal d’application des peines à l’égard de Michèle Martin. Il n’appartient à l’Eglise de commenter une décision de justice dont nous respectons l’autonomie.

Nous sommes bien conscients, comme l’ont exprimé les sœurs Clarisses de Malonne, de l’immense souffrance des victimes et de leurs familles en raison des crimes commis.

Après une longue réflexion, les sœurs Clarisses ont accepté la demande des avocats de Michèle Martin  de l’accueillir, parce qu’il n’avait pas été possible de l’accueillir en un autre lieu. Les sœurs ont pesé gravement des conditions à cet accueil.

Les sœurs Clarisses respectent donc la légalité dans l’accueil qu’elles acceptent.

Nous assurons de nos prières  les victimes, les familles, et les sœurs Clarisses.

Tommy Scholtes sj
Responsable du Service de presse et de communication de la conférence épiscopale

Communiqué de Mgr Aloys Jousten sur les actes de violence à Liège - 26/7/2012

Ces dernières semaines, l’agglomération liégeoise a été le théâtre d’actes violents mortels. L’homophobie s’avère en être une des motivations. Si, en soi, l’homophobie est déjà répréhensible, il est encore plus inadmissible qu’elle puisse conduire à de tels actes.

Une réflexion de la part des responsables de la vie publique et éducative sur l’origine de la violence sous toutes ses formes s’impose. Elle est d’autant plus nécessaire que souvent les faibles et les fragiles en sont ou risquent d’en être les premières victimes.

+ Aloys Jousten
Évêque de Liège

Liège, 26 juillet 2012

Création de la ‘Commission Interdiocésaine pour la protection des enfants et des jeunes’ - 28/6/2012

En janvier 2012, les évêques et les Supérieurs majeurs de Belgique ont publié la brochure ‘Souffrance cachée – Vers une approche globale des abus sexuels dans l’Eglise’. Ce document contient une approche globale pour la reconnaissance et la réparation aux victimes d’abus sexuels dans un contexte ecclésial ou pastoral. Les dix points de contacts pour les victimes, annoncés dans le document, sont depuis lors opérationnels. La procédure d’arbitrage en cas de faits prescrits, selon la proposition de la Commission parlementaire, a entretemps été mise en route et fonctionne. Les victimes d’abus peuvent soumettre leur demande de reconnaissance, de réparation ainsi que celle d’une intervention financière tant aux points de contact qu’au Centre d’Arbitrage. Les faits non-prescrits sont transmis aux instances judiciaires.

La brochure des évêques annonce également la création d’une Commission Interdiocésaine pour la protection des enfants et des jeunes. Elle entrera en fonction le 1er juillet 2012.

 

Ses missions :

- Soutenir le fonctionnement des dix points de contact locaux

- Rassembler les lignes de conduite déjà en usage en vue d’une prévention plus efficace des abus sexuels et des comportements transgressifs dans le cadre d’initiatives ou institutions liées à l’Eglise.

- Garantir une liaison optimale de la politique des responsables ecclésiaux avec l’approche globale et les services d’aide de la société dans le domaine des abus et de la prévention.

- Aider à détecter les structures et types d’activités qui peuvent conduire à des abus sexuels ou à des comportements transgressifs dans l’Eglise.

- Produire un rapport annuel des plaintes communiquées aux points de contact et sur les suites données.

 

Composition de la Commission :

le Professeur émérite Manu Keirse, spécialiste du travail de deuil à la Faculté de Médecine de la KU Leuven, Président

Mgr Harpigny et Mgr Bonny, évêques référents dans cette matière

Mgr Herman Cosijns, Secrétaire-général de la Conférence épiscopale

Le Père Abbé Eric De Sutter, Président de l’Unie van Religieuzen van België et le Père Daniel Sonveaux, délégué de la COREB (Conférence des religieux/ses de Belgique)

Madame Mieke Van Hecke, Directrice VSKO et Madame Sophie De Kuyssche, déléguée du SEGEC, coupoles respectives pour l’enseignement catholique néerlandophone et francophone.

Monsieur Frank Cuyt, Directeur général du Vlaams Welzijnsverbond et Madame Isabelle Gaspard, Directrice FIMS, Fédération des Instituts  Médicaux Sociaux

Monsieur Pieter Nolf pour l’Interdiocesane Jeugddienst et Madame Claire Jonard de la Pastorale des jeunes francophones

Madame Nathalie Didion du point de contact du diocèse de Namur et Madame Tine Van Belle du point de contact du diocèse de Bruges

- Le Professeur émérite Lieve Vandemeulebroecke de la Faculté des sciences psychologiques et pédagogiques de la KU Leuven et le Vice-Recteur émérite Xavier Renders, Professeur à la Faculté de Psychologie de l’UCL,  à titre d’experts.

La Commission  impliquera dans son travail des victimes, leurs représentants ou leur porte-parole.

SIPI - Bruxelles, 28 juin 2012

Mgr Alain Paul Lebeaupin est le nouveau Nonce Apostolique près la Communauté européenne

LeSamedi 23 uin à 12h, le Pape Benoit XVI a nommé Mgr Alain Paul Lebeaupin comme Nonce Apostolique près la Communauté européenne. Il succède à Mgr André Pierre Dupuy.

Les Évêques de Belgique se réjouissent de cette nomination.

Curriculum vitae de S.E. Mgr Alain Paul Lebeaupin :

Né à Paris le 2 mars 1945, ordonné prêtre le 28 juin 1975, il fut incardiné à Nice. Il est licencié en droit canonique.

Entré au service diplomatique du Saint Siège le 15 avril 1979, il a été en poste à la Mission Permanente auprès de l’O.N.U. à New York (1979-1982), aux Représentations Pontificales en République Dominicaine (1982-1985) et au Mozambique (199885-1989), ainsi qu’à la Section des Relations avec les États de la Secrétairerie d’État au Vatican.

Mgr Lebeaupin a été nommé chargé d’Affaires à la Nonciature Apostolique auprès des Communautés européennes le 27 mars 1996.

Le 7 décembre 1998, il a été nommé Nonce Apostolique en Équateur.

Le 13 janvier 2005, il a été nommé Nonce Apostolique au Kenya et Observateur Permanent auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’Environnement (U.N.E.P.) ainsi que pour les établissements humains (UN-Habitat).

Il parle couramment : français, italien, anglais, espagnol

L’abbé Pierre François est le nouveau conseiller religieux des Scouts d’Europe

Les évêques de Belgique ont nommé l’abbé Pierre François comme conseiller religieux national des Scouts d’Europe – Belgique et ceci pour la durée de trois ans. Il succède au Frère Gonzague de Longcamp, membre de la Communauté des Frères de Saint-Jean, qui a terminé son mandat.

Né à Hasselt le 11 mai 1957, Pierre François est prêtre du clergé de la Prélature de la Sainte-Croix et Opus Dei.
Louveteau à la Vlaams Verbond van Katholieke Scouts (VVKS) et Éclaireur à la Fédération des Scouts Catholiques (FSC) dans sa jeunesse, il fut d’abord aumônier de Scouts catholiques néerlandophones et francophones. En 1992, il est entré en contact avec les Scouts d’Europe, où il est actif depuis, dans plusieurs groupes locaux et dans les équipes nationales.

Ingénieur Civil en Mathématiques Appliquées (UCL), il a travaillé comme informaticien jusqu'à son ordination sacerdotale le 12 juin 1983. Après un doctorat en Théologie à l'Université de Navarre (Espagne), dans le domaine de la Christologie, il s'est spécialisé en Liturgie.
Depuis 1985, ses activités pastorales se sont développées en milieu étudiant à Louvain et à Amsterdam, et comme aumônier dans le monde professionnel, surtout à Anvers.

SIPI – Bruxelles, mercredi 28 mars 2012

Communiqué de presse : L’évêque bruxellois Jean Kockerols élu comme vice-président de la COMECE

Les évêques de Belgique félicitent leur collègue Mgr Jean Kockerols, évêque auxiliaire de l’Archidiocèse de Malines-Bruxelles et Vicaire-général du vicariat de Bruxelles, pour son élection comme vice-président de la COMECE, la Commission des Épiscopats de la Communauté Européenne. Mgr Kockerols représente la Conférence épiscopale de Belgique dans la COMECE depuis mars 2011, en succession de Mgr Jozef De Kesel, évêque de Bruges.

Les évêques membres de la COMECE ont choisi, au cours de la réunion plénière, un nouveau président et quatre nouveaux vice-présidents. Le nouveau président est le Cardinal Reinhard Marx, Archevêque de Munich et Freising. Les quatre vice-présidents sont outre Mgr Jean Kockerols, Mgr Gianni Ambrosio (évêque de Piacenza-Bobbio, Italie), Mgr Virgil Bercea (évêque d’Oradea Mare, Roumanie) et Mgr Piotr Jarecki (évêque auxiliaire de Varsovie, Pologne).

COMECE signifie littéralement ‘Commissio Episcopatuum Communitatis Europensis’. La Commission des Épiscopats de la Communauté Européenne a été mise en place le 3 mars 1980 avec pour mission ‘de parvenir dans un esprit de collégialité, à une plus profonde unité et à une plus étroite collaboration des épiscopats entre eux et avec le Saint-Siège, dans les questions pastorales concernant l’Union Européenne.’ Par l’information, l’étude et les contacts, elle travaille à la promotion des valeurs spirituelles en Europe.
La COMECE est composée d’évêques délégués par les 26 États membres de l’Union européenne et possède un secrétariat permanent à Bruxelles. Il y a 24 évêques délégués par les Conférences épiscopales de l’UE. Les évêques délégués de Croatie et de Suisse participent aux réunions plénières en tant qu’observateurs. 

SIPI – Bruxelles, vendredi 23 mars 2012

Une veillée de prière, ce soir à 20 heures, pour les victimes de l’accident de car à la Sint-Pieterskerk à Louvain – Mgr Lemmens se rend en Suisse avec les parents des victimes

Ce mercredi 14 mars à 20 heures, une veillée de prière sera organisée à la Sint-Pieterskerk à Leuven où sont bienvenus tous ceux qui veulent ainsi exprimer leurs condoléances et entourer dans la prière, les familles touchées par le drame. Mgr André-Joseph Léonard, Archevêque de Malines-Bruxelles accompagné de Mgr Giacinto Berloco, Nonce Apostolique en Belgique, présideront la veillée. Mgr Berloco transmettra également le message de condoléance et de soutien du Pape Benoît XVI aux parents, aux membres des familles et à toutes les personnes concernées.

Mgr Lemmens, évêque auxiliaire pour le diocèse de Malines-Bruxelles a pris l’avion ce matin,  pour la Suisse avec les parents des victimes. Au nom des évêques belges, il souhaite ainsi accompagner ces parents et les soutenir dans cette épreuve si douloureuse.

SIPI – Bruxelles, mercredi 14 mars 2012

Les évêques de Belgique présentent leurs condoléances aux familles des victimes de l’accident de car

Les évêques de Belgique sont consternés d’apprendre l’accident de car qui a eu lieu cette nuit à Sierre (Suisse), et qui a causé la mort de 28 personnes dont 22 enfants, originaires d’ Heverlee et de Lommel. Ils pensent aux familles dramatiquement plongées ainsi dans le deuil.

Les évêques sont de cœur avec les familles touchées auxquels ils présentent leurs chrétiennes condoléances. Ils les assurent de leur prière et de leur soutien. Ils prient aussi pour le meilleur rétablissement des blessés.

Ils appellent les catholiques de Belgique à s’unir dans le soutien, l’affection et la prière à tous ceux et celles qui sont touchés par ce tragique accident en leur souhaitant courage et force.

Mgr Patrick Hoogmartens, évêque de Hasselt, s’est rendu ce matin dans l’école des victimes à Lommel, pour remettre ses condoléances.

Mgr André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles, et Mgr Leon Lemmens, son évêque auxiliaire pour le vicariat du Brabant flamand et Malines, se rendront dans l’école d’Heverlee.

Les évêques de Belgique

SIPI – Bruxelles, mercredi 14 mars 2012

Communiqué de Mgr Jean Kockerols suite à l'attaque de la mosquée à Anderlecht

Au nom de l'Eglise catholique à Bruxelles, je tiens à faire part de ma plus vive indignation devant l'attentat commis à la mosquée de la rue Dr De Meersman à Anderlecht.

Rien, absolument rien ne saurait justifier ce genre de comportement.

Je présente à la famille de la victime ainsi qu'à sa communauté mes sincères condoléances.

+ Jean Kockerols
Évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles
vicaire général de Bruxelles

CP Vicariat de Bruxelles - Bruxelles, le 13 mars 2012

Communiqué de presse : Réaction de Mgr Kockerols par rapport à la modification au texte de la Loi scoute

Réaction de Mgr Kockerols par rapport à la modification au texte de la Loi scoute :

J’ai pris connaissance des choix opérés par la Fédération « Les Scouts » lors de leur assemblée générale du 2 mars. La seule véritable modification au texte de la Loi scoute est d’en retirer la mention évoquant la recherche de Dieu. Celle-ci dérangeait-elle donc à ce point qu’elle devait être soumise au vote ? Je ne peux qu’être déçu d’une telle « évolution », comme je l’ai déjà écrit par ailleurs. Cela dit, la question de l’avenir des liens entre les unités scoutes et les paroisses reste posée et je souhaite réitérer mon appel à un dialogue constructif entre elles.

+ Jean Kockerols
Évêque référendaire pour la pastorale des jeunes

SIPI – Bruxelles, samedi 3 mars 2012

Les évêques de Belgique rendent hommage à Sœur Léontine

Les évêques de Belgique ont appris avec émotion le décès de Sœur Léontine, Jozefa de Buyscher  et  tiennent à lui rendre hommage. Sœur Léontine avait créé il y a 22 ans le premier service de soins palliatifs, accompagnant les malades en fin de vie. Sr Léontine était médecin elle-même, dans  la congrégation des sœurs Hospitalières et elle a été longtemps directrice de la Clinique Saint-Jean de Bruxelles.  Elle avait mis en place en 1990 la première structure permettant aux malades de mourir dans la dignité, entourés de leurs familles. Les soins palliatifs prennent en compte la situation médicale, physique, humaine, et spirituelle du malade et l’accompagnent jusqu’à à la fin de sa vie en soulageant au maximum la douleur.

Après la Clinique Saint-Jean, d’autres cliniques et associations ont permis la création d’un tel service, certaines envisageant aussi les soins palliatifs à domicile.

Les évêques de Belgique reconnaissent dans le rôle de Sr Léontine une place essentielle dans les débats sur la fin de vie.

Les évêques de Belgique

SIPI – Bruxelles, lundi 20 février 2012

Communiqué de presse de Mgr Jousten : Vague de froid et solidarité

Chaque année – ou presque, une vague de froid fait de nos régions un congélateur. Chaque année, des bénévoles se mettent alors au service des plus démunis, de ceux qui souffrent.

Les évêques sont en admiration devant les collaborateurs bénévoles des Conférences de Saint-Vincent de Paul, des points d’accueil et de tous les services dans les villes et les villages; une impressionnante solidarité se manifeste.

Nous leur disons merci pour tout ce qu’ils font tout au long de l’année, car la faim et d’autres besoins ne se manifestent pas seulement quand il fait froid. Merci à ceux et celles qui préparent et distribuent les colis alimentaires, ouvrent leur porte, font un don, etc., pour se mettent au service des autres.

Les démunis et les isolés sont au milieu de nous. Nous sommes heureux que, à côté des instances publiques, des initiatives privées, notamment chrétiennes, rencontrent avec efficacité les personnes dans le respect de leur dignité. Nous les encourageons à persévérer dans leur engagement si dévoué. Nous espérons que leur exemple stimulera d’autres à faire de même.

Dans ce contexte, nous signalons à ceux qui ne savent où s’adresser : la Croix-Rouge (tél. 0800 2 30 30) accepte vêtements chauds pour hommes, sacs de couchage et vivres non périssables. La Croix-Rouge et Médecins du Monde (www.medecinsdumonde.be/-Offres-de-benevolat-.html) lancent un appel aux bénévoles.

 

+ Aloys Jousten
Évêque référendaire pour les questions sociales 

SIPI – Bruxelles, vendredi 10 février 2012

Réaction des évêques flamands après l’échange avec les initiateurs du manifeste ‘Des croyants prennent la parole’ (Gelovigen nemen het woord) - 9/2/2012

Cet après-midi, les évêques flamands ont reçu à Malines les initiateurs du manifeste ‘des croyants prennent la parole’. Après des échanges cordiaux d’idées, la réflexion s’est poursuivie. Les évêques souhaitent communiquer ce qui suit :

Nous, évêques flamands, avons pris attentivement connaissance du Manifeste ‘Des croyants prennent la parole’. Le désir de changement qui émane de ce texte ne nous laisse pas insensibles. Nous sommes, nous aussi, à la recherche de renouvellement et d’une plus grande authenticité, fidèles aux Écritures et à la Tradition de l’Église.

La situation présente de l’Église n’est pas confortable. On attend beaucoup des responsables pastoraux de l’Église. Nous n’avons plus la position sociale ni l’impact que nous avions  antérieurement.  Nous faisons beaucoup d’efforts pour rejoindre le mieux possible l’Évangile et la vie des gens. Mais cela n’est pas simple dans un contexte social où la sécularisation prend de l’ampleur. Comment annoncer l’Évangile de manière telle que le cœur de l’homme d’aujourd’hui en soit touché ?  C’est la question qui nous habite. Les réformes de structures ou les adaptations n’y changeront rien. Et pourtant, elles peuvent nous aider. Mais  nous comprenons aussi que la progressivité des réformes puisse mettre notre patience à l’épreuve. Les évolutions dans notre société sont tellement fondamentales qu’elles demandent du discernement pour les orientations futures.

Le Manifeste nous donne aussi l’occasion de clarifier notre position. Certains éléments comme les liturgies dominicales de la Parole dépendent des évêques et elles font actuellement  l’objet de concertation. D’autres, comme les ministères dans l’Église ou le sacerdoce, sont du niveau de l’Église universelle. Pour les questions qui touchent à la vie personnelle des gens, nous plaidons pour une attitude pastorale et pleinement respectueuse.  Même si les états de vie dans l’Église ne sont pas identiques, aucune personne ne peut être dévalorisée, parce que toute personne est toujours plus que la somme de ses actes et que sa situation de vie. La communauté de l’Église, fondée sur le Christ et son évangile, est envoyée à tout homme. Elle puise sa mission au cœur de l’eucharistie. C’est là que se créent les liens entre la vigne et les sarments (Jn 15, 5).

Dieu a vitalement besoin des hommes, de tous les baptisés, pour révéler son amour au monde. Puissions-nous tous collaborer avec une Église qui veille à son identité et a le souci de sa mission, une Église ouverte et généreuse, avec un cœur accueillant pour tout homme.

Les évêques flamands

SIPI – Bruxelles, jeudi 9 février 2012

Mgr Julien Ries créé Cardinal par le Pape Benoît XVI : Les Évêques de Belgique le félicitent chaleureusement (6/1/2012)

Les évêques de Belgique félicitent chaleureusement le futur Cardinal Julien Ries. Ils s’associent avec joie à la reconnaissance de l’Église pour les éminents services rendus par Mgr Ries.

Mgr Julien Ries est prêtre du diocèse de Namur. Professeur émérite de l’Université catholique de Louvain (1960-1990), connu internationalement pour ses travaux d’histoire des religions, ses œuvres complètes ont été publiées récemment. Docteur honoris causa de l’université catholique de Milan (Italie), il a été créé Prélat d’honneur de Sa Sainteté, par le Pape Benoît XVI, en septembre 2010. Le Séminaire de Namur, dont il est un ami fervent, a tenu à lui rendre hommage, en présence de Mgr Vancottem,  c'était le 10 novembre 2010.

Il réside aujourd'hui à Villers St-Amand (Ath).
Le consistoire se déroulera à Rome le 18 février prochain.  

SIPI – Bruxelles, vendredi 6 janvier 2012

 

Communiqué de Presse de Mgr Kockerols (5/1/2012)

Mgr Kockerols, évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles, entretient depuis plusieurs semaines des contacts étroits avec le Métropolite Joseph, évêque du Patriarcat de l’Eglise orthodoxe de Roumanie, en vue de résoudre les questions liées à l’avenir de la paroisse roumaine de l’Annonciation qui se réunissait jusqu’à présent en l’église Ste-Catherine.

Après concertation entre la hiérarchie orthodoxe et la hiérarchie catholique, il a été convenu que la Communauté orthodoxe Roumaine aurait la possibilité de  se réunir pour célébrer sa liturgie le samedi 7 et le dimanche 8 janvier, de 11 à 13h, dans l'église Ste-Catherine de Bruxelles. Mgr Kockerols se réjouit de savoir que cette liturgie sera célébrée en présence de l’évêque auxiliaire du Métropolite Joseph, Mgr Ignace.

Mgr Kockerols confirme que la recherche d'un nouveau lieu de culte où la communauté orthodoxe roumaine pourrait installer son iconostase et dorénavant célébrer sa liturgie, est en bonne voie d'aboutir et que le P. Palade, curé de la Paroisse roumaine, en sera averti dans les meilleurs délais.

Bruxelles, le 05 janvier 2012.
Vicariat de Bruxeles

Communiqué de presse : Réaction des évêques et supérieurs majeurs concernant la procédure d'arbitrage de la ‘Commission de suivi Abus sexuels’ (14/12/2011)

Les évêques et les Supérieurs majeurs de Belgique tiennent à exprimer leur estime pour les résultats soumis aujourd’hui par le groupe des experts aux membres de la , et aux autorités ecclésiastiques. Ils ont élaboré, comme le proposait la Commission parlementaire, une procédure d'arbitrage à laquelle pourront faire appel les victimes des faits d'abus sexuels dans une relation pastorale juridiquement prescrits, en particulier pour un dédommagement financier. Il s'agit d'une procédure auprès d'une instance neutre, hors des structures de l'Église. L'Église est prête à participer à cette forme d'arbitrage. Elle espère pouvoir ainsi contribuer même dans le cas de faits juridiquement prescrits, à la reconnaissance et au rétablissement de la souffrance causée aux victimes d'abus. L’Église souhaite par cette approche, répondre aux attentes de la société à son égard.

Ces derniers mois, les évêques et les Supérieurs majeurs, ont travaillé avec un groupe d’experts de diverses disciplines, à l’élaboration d’un document global sur l'approche et la prévention de l'abus sexuel dans l'Église. Ce document sera terminé dans les prochaines semaines et tiendra compte des résultats du travail de la Commission parlementaire approuvés aujourd'hui. Il comprendra divers chapitres dont une analyse des facteurs qui peuvent mener à l'abus sexuel; des voies de reconnaissance et de rétablissement des victimes d’abus sexuel; une offre spécifique de l'Église aux victimes par la mise sur pied de points d'accueil locaux organisés par les diocèses et les congrégations religieuses; la coopération de l'Église dans les procédures de conciliation ou d’arbitrage; la responsabilité et l’approche des auteurs d’abus sexuel; des mesures pour la prévention des abus et finalement aussi des conséquences pour l’avenir de la communauté ecclésiale.

En tant que responsables dans l’Église, nous souhaitons par-dessus tout, la reconnaissance et le rétablissement des victimes d’abus sexuel. Nous voulons être accessibles pour ces dernières et rechercher avec elles le meilleur moyen de répondre à leur besoin. Nous collaborerons dans cette optique, en premier lieu avec les instances de la société, entre autres la justice, les services sociaux et, depuis ce jour l’arbitrage. Nous sommes reconnaissants vis-à-vis de tous les responsables et experts qui nous conseillent et nous aident dans cette approche.

Au nom des évêques et des supérieurs majeurs de Belgique,
Mgr Guy Harpigny et Mgr Johan Bonny, évêques référendaires.

SIPI – Bruxelles, mercredi 14 décembre 2011

 

Communiqué de Mgr Jousten à propos de la fusillade de la Place Saint-Lambert à Liège (13/12/2011)

La violence aveugle et inhumaine a semé la mort et la terreur au cœur de notre bonne ville de Liège. Que de souffrance inutile et inacceptable ! Aux victimes, aux familles éprouvées, à la population sous le choc, j’exprime ma sympathie et mon soutien moral. Tous ont une place dans la prière des chrétiens du diocèse. Je tiens à remercier les forces de l’ordre et les autorités civiles pour leur courage et leur engagement.

+ Aloys Jousten

Évêque de Liège

Communiqué de presse : Claire Jonard nommée coordinatrice de la Liaison des Pastorales des Jeunes (LPJ) (6/12/2011)

Les évêques de Belgique ont nommé Claire Jonard, coordinatrice de la Liaison des Pastorales des Jeunes (LPJ), qui réunit les responsables des différentes pastorales des jeunes de Belgique francophone.  Elle succède à l’abbé Olivier Fröhlich, vicaire général du diocèse de Tournai, qui a assuré cette mission depuis janvier 2004. 

La Liaison des Pastorales des Jeunes existe depuis 1990. Elle est le lieu de rencontre des acteurs des pastorales des jeunes dans les diocèses francophones.  La LPJ n’a pas pour vocation de « diriger », mais se veut un lieu de concertation et de décision pour les activités qui dépassent les limites des diocèses.  C’est ainsi que Claire coordonnera la préparation des JMJ (les Journées Mondiales de la Jeunesse), de même que la pastorale de l’enseignement supérieur et universitaire pour la Belgique francophone et le secteur des acolytes. 

Claire Jonard est née en 1976 à Nivelles. Elle est licenciée en philologie classique et a achevé une formation d’animatrice pastorale. Elle est vierge consacrée.  Elle a été assistante paroissiale durant 13 ans à Louvain-la-Neuve et participait déjà à la liaison des Pastorales des Jeunes.  Aujourd’hui, outre sa nouvelle responsabilité à la coordination de la LPJ, Claire Jonard est responsable des services de communication des Vicariats de Bruxelles et du Brabant wallon. 

On notera que si les pastorales des jeunes dépendent de leurs évêques respectifs, l’évêque référendaire pour la LPJ est Mgr Jean Kockerols, évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles.

SIPI – Bruxelles, mardi 6 décembre 2011

Communiqué de presse : Le diacre Luc Pagacz est le nouveau responsable pastoral de la Fédération Nationale des Patros (FNP) (1/12/2011)

Les évêques de Belgique ont nommé le diacre Luc PAGACZ comme responsable pastoral de la Fédération Nationale des Patros (FNP) en succession de l’abbé Marc Truyens, et ceci pour un mandat de trois ans, renouvelable.

Luc Pagacz est né en 1950 à Yangami (Congo belge). Il est marié et père de deux enfants (23 et 25 ans).

Après l’obtention d’une licence en Sciences Économiques (1979) et d’un diplôme de l’Institut d’Études des Pays en Développement (1980) à l’Université Catholique de Louvain, il a d’abord été chercheur à l’UCL puis conseiller économique de l’ordonnateur national du Fonds Européen de Développement. De retour en Belgique, il devint manager dans une société de télécommunication.

En 2003, Luc Pagacz a été ordonné diacre à La Hulpe. Au sein de la paroisse, il a travaillé dans l’équipe de préparation au baptême et au mariage. Au niveau du Brabant wallon, il a exercé une mission au service du ‘temporel’, c’est-à-dire qu’il s’est occupé de la gestion des biens de l’Église avec les différentes fabriques d’église dans le vicariat du Brabant wallon. Il s‘est également investi dans le développement des parcours Alpha.

Depuis 2007, Luc Pagacz est nommé co-responsable du secteur pastoral de Tilly, Marbais et Marbisoux où il organise entre autres, des journées de préparation au mariage. Comme aumônier du patro de Marbais, il a découvert que les jeunes ont pas mal de questions et qu’il est essentiel de leur donner des moments pour en parler. Ou, comme le nouveau responsable pastoral de la FNP l’exprime dans ses propres mots : « Il vaut mieux que les jeunes dirigent les jeunes et il est important que nous, les anciens, nous puissions les éclairer dans leurs choix, les faire réfléchir et leur faire découvrir le Christ vivant auprès d’eux et en eux. »

SIPI – Bruxelles, lundi 14 novembre 2011

Communiqué de presse : Tommy Scholtes s.j. nommé responsable de communication de la Conférence épiscopale (24/11/2011)

Les évêques de Belgique ont nommé le Père Tommy Scholtes s.j., responsable de presse et de communication de la Conférence épiscopale belge.

Le Père Tommy Scholtes (58 ans), jésuite, belge d’origine néerlandaise, vit en Belgique depuis 1960.

Licencié en Droit (UCL), diplômé en Communications Sociales (UCL), il a été ordonné prêtre en 1985. Depuis lors, il a eu diverses responsabilités au sein des Médias Catholiques que ce soit à l’agence CIP (Centre d’Information de Presse) ou encore à la RCF (Radio Chrétienne Francophone) de Bruxelles dont il est l’un des fondateurs.  Depuis un an, il était le directeur de la rédaction des Médias Catholiques regroupant le Journal Dimanche, le site www.catho.be, le site www.infocatho.be, l’Agence Cathobel, les Messes TV et Radio et les émissions « Il était une foi » sur la RTBF.

Pendant 22 ans, il fut secrétaire de la Commission Interdiocésaine « Médias et Culture », et organisateur du Dimanche des Médias Catholiques. Durant 5 ans, il a été Conseiller Ecclésiastique de l’ambassade de Belgique auprès du Saint-Siège à Rome. Il est curé de la paroisse St. Jozef à Wezembeek-Oppem, et Conseiller spirituel national des Équipes Notre-Dame.

Tommy Scholtes entrera officiellement en fonction le 8 décembre 2011.

 

SIPI – Bruxelles, jeudi 24 novembre 2011

Communiqué de presse : Eucharistie à la mémoire du Roi Baudouin - dimanche le 31 juillet (21/7/2011)

Au cœur de l'été 1993, le 31 juillet, le Roi Baudouin nous quitta. A l'occasion du dix-huitième  anniversaire du décès de sa Majesté le Roi Bau¬douin, une eucharistie sera célébrée à sa mémoire en l'église Notre-Dame de Laeken, le dimanche 31 juillet prochain à 11 heures.
La paroisse de Notre-Dame de Laeken vous invite à participer à cet hom¬mage.
Cette eucharistie sera présidée par le Chanoine Herman Cosijns. Le chœur de la Fondation Jan-Niklaas de Beersel animera l’eucharistie.
La Crypte Royale sera ouverte de 10 heures à 17 heures.

Abbé Patrick WILLOCQ est le nouveau secrétaire général de la Commission Interdiocésaine de Pastorale Liturgique (CIPL) (24/6/2011)

Les évêques de Belgique ont nommé l’abbé Patrick WILLOCQ comme secrétaire général de la Commission Interdiocésaine de Pastorale Liturgique (CIPL), en succession de l’abbé André Haquin, et ceci pour un mandat de quatre ans, renouvelable.

Né en 1962, originaire de Moustier (Frasnes-lez-Anvaing), Patrick Willocq a enseigné les Mathématiques et la Physique à l’, à Kain (Tournai). En 1992, il est admis au Séminaire de Tournai par Monseigneur Jean Huard qui lui confère l’ordination sacerdotale le 28 juin 1998 en la Cathédrale de Tournai.

Diplômé (baccalauréat en Théologie)en juin 1998 par la de l’ (UCL), Patrick Willocq poursuit alors sa formation auprès de l’ (ISL) de Paris, où il obtient le titre de

Monseigneur Harpigny, évêque de Tournai, a confié à l’abbé Patrick Willocq les fonctions suivantes :

  • Doyen de l’unité pastorale de Chièvres et Curé de dix des paroisses de l’unité
  • Professeur de Théologie des Sacrements et de la Liturgie à l’ (ISTDT)
  • Responsable du Service diocésain de la Catéchèse et de l’Initiation chrétienne 
  • Membre du Service diocésain de la Liturgie et de la Pastorale sacramentelle
  • Membre du Service diocésain Art-Culture-Foi.

Patrick Willocq est membre de la Commission Interdiocésaine de la Catéchèse (CIC), chargé de cours de Théologie des Sacrements et de la Liturgie auprès du (Séminaire interdiocésain de Namur) et professeur des mêmes branches au (CFL). Il participe également au (en lien avec l’) où il accompagne des étudiants du Prof. H. Bricout (Histoire de la Liturgie).

La Commission Interdiocésaine de Pastorale Liturgique a été instituée par l’épiscopat belge en 1958. Il lui revient, sous la direction de Conférence épiscopale, de promouvoir et soutenir la pastorale liturgique en Belgique dans tous ses aspects et au service des diocèses. Le secrétariat de la CIPL se trouve au Centre Interdiocésain, Rue Guimard 1 à 1040 Bruxelles.

SIPI – Bruxelles, vendredi 24 juin 2011

Réponse des Évêques et des Supérieurs religieux à la proposition de la Commission spéciale (30/5/2011)

Les Évêques et les Supérieurs religieux ont examiné avec grande attention le rapport voté à l’unanimité par la Ils saluent l’importance du travail accompli par cette Commission parlementaire présidée par Madame Karine Lalieux.

Ils sont profondément touchés et expriment leur consternation devant les faits graves qui ont été commis par des membres du clergé et des communautés religieuses. Ces actes ont entraîné souffrances et traumatismes pour les victimes, souvent pendant de longues années. Ils le déplorent très sincèrement, tout en saluant le courage des victimes qui ont témoigné des faits douloureux.

Les Évêques et les Supérieurs religieux reconnaissent sans détour que ces faits sont d’autant plus pénibles que leurs auteurs sont des membres de l’Église revêtus d’une autorité morale, qui auraient dû être exemplaires, par respect pour la confiance déposée en eux. Conscients de leur responsabilité morale et de l’attente de la société à leur égard, les Évêques et les Supérieurs religieux s’engagent à assurer une reconnaissance des victimes et adopter des mesures réparatrices de leur souffrance. Ainsi sont-ils déterminés à rétablir les victimes dans leur dignité et à leur procurer des indemnités financières selon leurs besoins.

Dans cet esprit et cette perspective, suivant la proposition de la Commission parlementaire présidée par Madame Lalieux, les Évêques et les Supérieurs religieux acceptent de coopérer, avec les experts de la Commission de suivi, à la mise en place d’une forme pluridisciplinaire de procédure d’arbitrage, pour les faits prescrits dont les cours et tribunaux ne peuvent plus connaître. Il leur paraît souhaitable que les arbitres aient, en outre, la faculté d’orienter les parties vers une médiation.

Les Évêques et les Supérieurs religieux s’engagent unanimement à prendre toutes les mesures dont ils disposent pour éviter que les faits graves, que toute notre société déplore avec raison, ne puissent se reproduire à l’avenir.

SIPI – Bruxelles, lundi 30 mai 2011

Communiqué de presse concernant la circulaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (17/5/2011)

Les évêques de Belgique et les supérieurs religieux ont bien reçu la lettre circulaire de la Congrégation romaine pour la Doctrine de la Foi, datée du 3 mai 2011, destinée aux Conférences épiscopales afin d’établir des Directives pour le traitement des cas d’abus sexuel commis par des clercs à l’égard de mineurs. Après avoir précisé les personnes concernées par les abus sexuels, la lettre circulaire fait un résumé succinct de la législation canonique en vigueur. Elle donne également aux évêques et aux supérieurs religieux la procédure à suivre. Elle insiste sur la responsabilité de l’évêque diocésain pour protéger les mineurs et aider les victimes à trouver assistance et réconciliation. De plus, la lettre circulaire veut contribuer à une approche commune au sein d’une même conférence épiscopale, afin d’harmoniser les efforts de chaque évêque dans la protection des mineurs.

Dans la préparation du document qui donne les indications fondamentales à l’égard du traitement des cas d’abus sexuel commis par des acteurs pastoraux à l’égard de mineurs, les évêques et supérieurs religieux de Belgique vont intégrer les directives de la Congrégation romaine pour la Doctrine de la Foi.

Tout va être mis en œuvre afin que la souffrance des victimes soit effectivement rencontrée et que la responsabilité des abuseurs soit bien établie.

Les évêques de Belgique
SIPI – Bruxelles, mardi 17 mai 2011

Déclaration des évêques de Belgique suite à l'interview de Roger Vangheluwe (15/4/2011)

Nous tenons à exprimer notre stupéfaction face à l'interview donnée par Roger Vangheluwe aux chaines commerciales VT4 et VTM, le soir de ce jeudi 14 avril et souhaitons  expressément nous en distancier. Nous sommes extrêmement choqués de la manière dont il minimalise et excuse les faits commis et les conséquences pour les victimes, leur famille, les croyants et plus largement toute la société. C'est inacceptable. Roger Vangheluwe ne semble toujours pas mesurer l’extrême gravité de ses actes.

Cette interview ne correspond aucunement à ce qui lui a été demandé par Rome. Nous lui faisions confiance concernant son retrait dans le silence à l'étranger en vue d’une réflexion sur ses actes et du suivi du traitement spirituel et psychologique imposé par Rome.

Cette interview est extrêmement blessante pour les victimes, leur famille et tous ceux qui sont confrontés avec la problématique de l'abus sexuel. Pour les fidèles aussi, elle est une gifle. Tout comme nous, ils sont indubitablement désespérés et déconcertés.

Le ton de l'interview est en totale contradiction avec les efforts entrepris ces derniers mois pour prendre au sérieux la problématique de l'abus sexuel, écouter les victimes et déterminer les mesures adéquates.

 

Les Evêques de Belgique
SIPI – Bruxelles, vendredi 15 avril 2011

Communiqué de presse : Commission spéciale Abus sexuels (30/3/2011)

LES ÉVÊQUES BELGES ET LES SUPERIEURS MAJEURS PRENNENT CONNAISSANCE DES RECOMMANDATIONS DE LA COMMISSION SPECIALE RELATIVE AU TRAITEMENT D'ABUS SEXUELS ET DE FAITS DE PÉDOPHILIE DANS UNE RELATION D’AUTORITE EN PARTICULIER AU SEIN DE L'ÉGLISE

Les Evêques belges et les Supérieurs Majeurs marquent leur estime pour l'initiative du Parlement d’aborder fondamentalement le problème social de l’abus des enfants. Un travail intense au cours de ces derniers mois et une large consultation de témoins et d’experts ont mené la Commission spéciale relative au traitement d’abus sexuels et de faits de pédophilie dans une relation d’autorité, en particulier au sein de l’Eglise, à proposer des recommandations au Parlement. Les victimes de ces abus se sont vues conférer à juste titre toute l’attention nécessaire ce qui forme également le souci primordial des évêques et des Supérieurs Majeurs. Les Evêques belges et les Supérieurs Majeurs prendront connaissance dans les plus brefs délais du rapport de la Commission spéciale. Ils étudieront avec le plus grand soin ce dernier et les recommandations qu’il contient. Entourés des experts qui les conseillent, ils examineront comment intégrer les recommandations dans les mesures et les structures auxquelles ils travaillent actuellement dans l’optique d’éviter l’abus sexuel dans un contexte pastoral et en vue de la reconnaissance et de la guérison des victimes du passé, objets de leur premier souci. Il s’agit en effet d’une problématique spécifique et délicate qui doit être approchée  avec une compétence maximale.

SIPI

Invitation à une conférence de presse (21/2/2011)

Demain, mardi 22 février, Mgr André-Joseph Léonard, Archevêque de Malines-Bruxelles, présentera les nouveaux évêques auxiliaires pour l’Archevêché à la presse.

La conférence de presse se tiendra à 12h à l’Archevêché de Malines-Bruxelles, 15 Wollemarkt, 2800 Malines.

En effet, la nomination des évêques auxiliaires sera rendue publique officiellement mardi midi par le service de presse du Vatican.  Elle ne peut être communiquée en aucune manière avant ce moment précis.

Merci de votre compréhension.

Respectueusement,

 

Service de presse de l’Archevêché de Malines-Bruxelles
Malines, lundi 21 février 2011

Communiqué de presse: Les évêques invitent à accueillir les sans abri (13/12/2010)

Sans cesse, en ces temps difficiles, nous sommes appelés à la solidarité vis à vis des réfugiés et des gens sans logement décent.

Nous remercions les instances publiques et tous ceux qui ces dernières semaines, ont apporté une réponse concrète et généreuse à ces appels. Nous encourageons les paroisses, les établissements catholiques et les particuliers à poursuivre la recherche d’espaces adéquats pour l’accueil de ces personnes sans logis et sans abri.

Nous invitons les initiateurs de projets à prendre contact avec les responsables des CPAS locales. Le secrétariat de Caritas International est prêt quant à lui, à donner des avis et un accompagnement pour l’accueil des demandeurs d’asile sans logement.

Nous sollicitons des instances compétentes une réponse structurelle aux défis de la politique d’asile et de la politique de bien-être des sans abri et sans logis.

En ce temps de l’Avent, où l’espérance accompagne notre préparation à Noël, il n’est pas possible que nous ne trouvions pas de place pour ces personnes comme ce fut le cas pour l’Enfant à l’auberge.  

Coordonnées de Caritas International: Rue de la Charité 43 à 1210 Bruxelles, Tél : 02 229 36 11 Email: infofr@caritasint.be

Les Evêques de Belgique
SIPI -Bruxelles, lundi 13 décembre 2010

Communiqué : contacts presse pour la Commission abus (18/11/2010)

La Conférence épiscopale de Belgique s’est réunie ce 18 novembre en présence du cardinal Danneels et des évêques émérites.

A l’agenda se trouvait entre autres la Commission spéciale relative au traitement d'abus sexuels et de faits de pédophilie dans une relation d'autorité, en particulier au sein de l'Eglise.

Les évêques contribueront pleinement au travail de la Commission spéciale.  Ils se feront conseiller par Me Paul Quirynen.

Le père Tommy Scholtes sJ et Monsieur Toon Osaer ont été appelés pour assurer les contacts avec la presse dans le cadre de ce dossier respectivement pour la presse francophone et néerlandophone.

SIPI – Bruxelles, jeudi 18 novembre 2010

Mgr Léonard préside une célébration à la mémoire des victimes de l’accident survenu à l’avion polonais

Ce vendredi 16 avril à 18 heures, Monseigneur André-Joseph Léonard, Archevêque de Malines-Bruxelles, célèbrera en la cathédrale Saints-Michel et Gudule à Bruxelles, une eucharistie à la mémoire des victimes de la catastrophe survenue à l’avion polonais, samedi dernier à Smolensk ainsi qu’en signe de solidarité avec la communauté polonaise de notre pays. Mgr Giacinto Berloco, Nonce apostolique près la Cour de Belgique, et Mgr André Dupuy, Nonce apostolique près l’Union européenne, concélèbreront cette eucharistie.

SIPI – mercredi 14 avril ‘10  

Noël 2009

Quelques éléments et traditions de Noël. 

 

 

 

 

30 septembre 2009 - Lettre aux jeunes adultes

Mgrs. Jousten et Van Looy adressent une lettre aux jeunes adultes concernant leurs préoccupations vis-à-vis du monde et de la société. Lire la lettre. 

 

 

 

 

23 septembre 2009 - Crise agricole

Les évêques de Belgique expriment leur inquiétude concernant la crise agricole.

Au nom des évêques de Belgique, Mgr Van Looy, évêque de Gand et Mgr Aloys Jousten, évêque de Liège, expriment leur inquiétude face à la crise profonde dans laquelle est plongée l’agriculture :
« Nous ne pouvons que manifester notre compréhension pour la situation difficile des agriculteurs dans notre pays et pour leurs soucis et leurs préoccupations face à l’avenir. Nous comprenons leur colère et leurs gestes de désespoir et souhaitons que les responsables de l’Union Européenne recherchent, en dialogue avec les diverses associations agricoles, une solution honnête, juste et durable. Les fruits de la terre et du travail de ceux qui les produisent, méritent le respect et la reconnaissance de tous. C’est pourquoi leur destruction fait mal. Nous espérons que le cri de détresse des agriculteurs puisse se faire entendre par d’autres voies. L’Eglise le souhaite et y encourage avec insistance. »

Contact : Secrétariat de Mgr Aloys Jousten
Tél.  04 230 31 50
Email : mgrjousten@evechedeliege.be 

 

 

10 avril 2009 - Message aux ouvriers et employés d'Arcelor-Mittal

Chers ouvriers et employés d'Arcelor-Mittal dans le bassin liégeois,

 

Ce qui vous "tombe dessus" est grave, lourd de conséquences pour vous et pour vos familles. Toute la région en ressentira les séquelles. En ce Vendredi-Saint où nous chrétiens commémorons la crucifixion et la mort de Jésus Christ, homme juste par excellence, ce qui vous arrive me touche encore davantage. Votre désarroi, vos questions, vos appréhensions quant au présent et à l'avenir sont aussi les miens. Je crains que d'autres nuages ne s'accumulent à l'horizon.

La décision de ceux qui détiennent le pouvoir chez Arcelor-Mital ne surprend qu'à moitié, car dans une société aux dimensions mondiales, les calculs de rendement paraissent peu prendre en considération les personnes. Dans une région avec une tradition industrielle liée à des noms de famille comme Cockerill et autres, l'évolution des dernières décennies  peut être ressentie comme un drame et une perte d'identité.

À mon avis, le monde tout entier doit se ressaisir face à la crise économique actuelle. Il faut aussi se demander si notre modèle de développement et de bien-être peut encore tenir la route. Certes, nous avons le droit au travail et au bien-être, mais ces droits sont ceux de tous les hommes. Leur mise en œuvre exige de faire des choix et de promouvoir un développement plus durable et moins orienté vers des biens matériels.

Chers amis, votre situation m'interpelle donc à un double titre : d'une part, il y a les conditions de vie difficiles dans lesquelles vous risquez de vous retrouver ; d'autre part, il est urgent de faire preuve d'imagination pour réaliser un mode de vie digne et accessible à tous les hommes.

J'espère qu'ensemble, avec les responsables syndicaux, les responsables politiques et les milieux socio-économiques, nous trouverons des réponses valables et satisfaisantes pour relever ce défi.

À toutes et à tous, je souhaite courage et sérénité.

 

                                                                                              + Aloys Jousten

                                                                                              Evêque de Liège

 

 

3 avril 2009 - Communiqué des évêques de Belgique

Les Evêques de Belgique appellent à une réflexion sereine

Nous prenons acte du vote par la Chambre des Représentants d’une résolution déclarant « inacceptables » les déclarations du Pape concernant la lutte contre le sida. Nous respectons le caractère démocratique de cette décision, mais en regrettons la teneur. Elle ne tient pas compte de ce que Benoît XVI a réellement voulu exprimer : Sans une éducation à la responsabilité sexuelle, les autres moyens de prévention resteront déficients. Nous espérons qu’à l’approche de Pâques, la polémique émotionnelle s’apaisera. Ce dont notre pays et l’Afrique ont avant tout besoin, est d’une réflexion sereine sur tous les moyens à mettre en œuvre pour faire reculer l’épidémie du sida.

Les Evêques de Belgique

SIPI – Bruxelles, vendredi 3 avril 2009

 

25 février 2009 - Déclaration commune de tous les cultes et communautés philosophiques reconnus en Belgique.

Déclaration commune de tous les cultes et communautés philosophiques reconnus en Belgique.
Les responsables des cultes et communautés philosophiques officiellement reconnus en Belgique sont conscients du drame que vivent les sans papiers. Ensemble, ils demandent dans un court message envoyé au Premier ministre Herman Van Rompuy d'apporter à ce problème une solution durable telle qu'elle avait été promise dans l'accord gouvernemental. Voici le texte intégral de ce message commun, une primeur dans notre pays.

 

Nous, représentants de tous les cultes et communautés philosophiques officiellement reconnus en Belgique - nous adressons une fois de plus à notre gouvernement fédéral.
Nous lui demandons de décider d'une législation globale qui sorte les sans-papiers du désarroi causé par l'incertitude juridique.
Nous l'invitons à mettre en route une politique de régularisation réaliste, juste et généreuse. Si nous sommes conscients que notre pays ne peut accueillir tout le monde, il est clair en contrepartie qu'il nous faut unir nos efforts au maximum et sans tarder pour améliorer les conditions de vie ailleurs dans le monde.
Nous sollicitons donc par la présente une fidèle mise en œuvre des mesures promises dans l'accord de gouvernement.
Vu l'urgence humanitaire de la situation, tout atermoiement à solutionner cette question serait moralement irresponsable.

Les cultes et communautés philosophiques officiellement reconnus en Belgique :
L'Eglise Anglicane en Belgique
L'Union Bouddhique belge
L'Eglise Catholique en Belgique
Le Consistoire Israélite Central de Belgique
Le Centre d'Action Laïque
L'Exécutif des Musulmans de Belgique
L'Eglise Orthodoxe en Belgique
Le Conseil Administratif du Culte Protestant Evangélique

9 janvier 2009 - « L’humain en devenir n’est pas qu’un matériel corporel. »

Les évêques de Belgique : « L’humain en devenir n’est pas qu’un matériel corporel. »
 
Ce 4 décembre dernier, la Chambre des Représentants a voté un projet de loi « relatif à l’obtention et à l’utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique ». Ce projet de loi avait préalablement été approuvé par le Sénat. Les deux votes se sont déroulés en l’absence d’échos médiatiques. Les évêques sont d’avis qu’ils ont à se prononcer sur la question. Voici le texte intégral de leur communiqué de presse :
 
Réunis en conférence épiscopale ce 8 janvier, nous nous sommes penchés sur ce projet de loi. Il a pour objectif de réglementer la commercialisation de tout matériel d’origine humaine. Son article deuxième énonce : « Pour l’application de la présente loi, on entend par «matériel corporel humain»: tout matériel biologique humain, y compris les tissus, les  cellules, les gamètes, les embryons, les fœtus, ainsi que les substances qui en sont extraites, et quel qu’en soit le degré de transformation ». 
Que le législateur belge définisse l’humain en devenir (la frontière entre « embryons » et « fœtus » étant huit semaines de gestation) de « matériel corporel humain » disponible pour la recherche médicale, a quelque chose de glacial. La vie humaine est inviolable de son origine à sa fin naturelle. Tout ce qui chosifie l’humain constitue une régression dans le projet de civilisation humaniste.
Certains objecteront que le but de ce projet de loi est louable. Nous répondons une fois de plus qu’être animé de bonnes dispositions ne suffit pas pour poser un acte moralement souhaitable. Comme nous le déclarions en 2006 : « Tout ce qui est techniquement possible n’en devient pas pour autant moralement souhaitable. La science déplace chaque jour les limites de la médecine. Il faut s’en réjouir, mais non pas supprimer les garde-fous. Une frontière morale invisible existe devant laquelle le progrès technologique doit s’incliner : la dignité de l’homme. A chaque fois que le statut inaliénable de l’humain est en jeu, tout savoir-faire doit reconnaître son maître. Sans quoi, l’homme devient vite – et sans trop s’en rendre compte – instrumentalisé par le fruit de son génie. »
 
SIPI – Bruxelles, vendredi 9 janvier 2009

 

3 janvier 2009 - « Le Pape a accepté la démission de Mgr Jan De Bie »

Mgr Jan De Bie, évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles en charge du Vicariat du Brabant-flamand et Malines a présenté sa démission au pape Benoît XVI pour des raisons de santé. Le Saint-Père a accepté cette démission. Le cardinal Godfried Danneels cherche une solution pour la direction pastorale du vicariat du Brabant-flamand et Malines.

Jan De Bie est né le 19 avril 1937 à Olen. Il fut ordonné prêtre en 1961 et obtint un doctorat en théologie en 1965 à l’Université Catholique de Louvain. Il fut aussi candidat aumônier de réserve en Allemagne au cours de son service militaire.

De 1965 à 1969, Jan De Bie fut directeur spirituel au Collège pour l’Amérique-latine de Leuven. De 1970 à 1981, il devint prêtre ‘Fidei donum’ (prêtre en mission) au Brésil. Il y enseigna jusque 1975 à l’institut supérieur de théologie à l’université catholique de Salvador-Bahia et devint entre 1975 et 1981 recteur du séminaire épiscopal de Bahia. En 1981, il devint vice-recteur du collège pour l’Amérique-latine de Leuven et entre 1982 et 1987, il fut nommé recteur de ce même collège.

Le 16 mars 1987, Jan De Bie fut nommé évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles (et évêque titulaire d’Upenna). Il devient Vicaire-général du Vicariat du Brabant-flamand et Malines.  Il fut ordonné le jour de Pâques 1987, un 19 avril, dans la cathédrale de Malines par le cardinal Danneels. Sa devise épiscopale est tirée de la première lettre de saint Paul au Corinthiens : « Dieu tout en tous » (1 Cor. 15, 28).

Malines, samedi 3 janvier 2009

Contact :

Hans Geybels
GSM 0472 749 760  

17 sept 2008 - Ne laissez pas les sans-papiers sans réponses !

Ce dimanche, diverses associations manifesteront à Anvers pour rappeler aux hommes politiques le drame des sans-papiers.

A l’occasion de cette manifestation, nous attirons une fois de plus l’attention sur le désarroi de ces personnes en situation irrégulière.

La plupart vivent dans une précarité extrême !

C’est pourquoi, nous demandons à nouveau la mise en place rapide de critères de régularisation réalistes, justes et généreux.

Les Evêques de Belgique
SIPI Bruxelles, mercredi 17 septembre 2008
Contact: abbé Eric de Beukelaer T 0474 35 90 27

Dignitas Personae

Lire le texte

Présentation par le Service de Presse de la Conférence épiscopale de Belgique

 

En 1987, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi publiait l’Instruction Donum Vitae (« Don de la vie »), traitant de questions éthiques touchant à la vie humaine naissante. Le développement  continu des sciences biomédicales et les nouvelles perspectives thérapeutiques rendaient nécessaire un nouvel éclairage sur ces questions. Vu leur technicité, la présente Instruction fut rédigée avec l’aide de l’Académie Pontificale pour la Vie ainsi que le concours d’experts provenant du monde entier.

« Dignitas personae » n’a pas pour but de condamner les personnes, mais veut éclairer et former les consciences (n°10).  Nombre d’actes dénoncés par l’Instruction sont posés par des personnes animées de louables intentions : aider à la recherche, répondre au désir d’avoir un enfant, etc. Mais être animé de bonnes dispositions ne suffit pas pour poser un acte moralement souhaitable. Comme les évêques de Belgique le déclaraient en 2006 : « On entend parfois dire « La technique médicale le permet et cela peut aider des gens, alors pourquoi hésiter ? » Nous répondons que tout ce qui est techniquement possible et qui constitue un progrès médical, n’en devient pas pour autant moralement souhaitable. La science déplace chaque jour les limites de la médecine. Il faut s’en réjouir, mais non pas supprimer les garde-fous. Une frontière morale invisible existe devant laquelle le progrès technologique doit s’incliner : la dignité de l’homme. A chaque fois que le statut inaliénable de l’humain est en jeu, tout savoir-faire doit reconnaître son maître. Sans quoi, l’homme devient vite – et sans trop s’en rendre compte – instrumentalisé par le fruit de son génie. » (Déclaration des Evêques de Belgique : Dignité de l’enfant et technique médicale)

L’Instruction « Dignitas personae » rappelle donc que pour être moralement acceptables, les nouvelles technologies médicales doivent respecter plusieurs valeurs fondamentales (n°12) : Tout d’abord et par-dessus tout, il s’agit de sauvegarder le droit à la vie et à l’intégrité physique de tout être humain et ce, depuis la conception jusqu’à la mort naturelle. Ceci exclut toute action médicale traitant l’embryon humain comme simple « tissu biologique » que l’on peut ad libitum congeler – ce qui place nombre d’embryons « orphelins » dans une situation d’injustice définitivement irréparable (n°17-18) – et utiliser pour la recherche (n°19 et 25-27), ou que l’on peut réduire dans le ventre maternel, voir empêcher de nidifier ou évacuer (n°21-23), ou pire encore cloner ou rendre hybride (n°28 et 31-33),…La responsabilité de ceux qui utilisent des embryons morts pour des traitements médicaux est quant à elle réelle, mais peut être différenciée selon les situations (n°35)  

L’Instruction « Dignitas personae » rappelle, en outre, qu’un autre critère à respecter est l’unité du mariage et du couple. Ceci implique le respect mutuel du droit des conjoints à devenir père et mère seulement l’un à travers l’autre et amène à juger défavorablement toute forme de fécondation in vitro dont l’un des deux donneurs ne serait pas un des partenaires du couple (fécondation hétérologue). Reprenant l’argumentation de « Donum Vitae », l’instruction comprend le légitime désir de couples stériles à avoir un enfant, mais cette valeur amène également à juger défavorablement la fécondation in vitro quand les deux donneurs sont les conjoints du couple (fécondation homologue). Pourquoi cela ? Tout d’abord, parce que cette technique qui comporte un succès pour trois tentatives (n°14) implique presqu’inexorablement l’élimination acceptée d’embryons. De plus, parce que cette façon de faire – tout comme l’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI n°17) ou la congélation d’ovocytes (n°20) – dissocie la procréation de l’acte conjugal qui en est un élément humainement essentiel. Dans la vision de l’Eglise, l’enfant est appelé à naître de l’étreinte amoureuse entre époux et non pas d’une manipulation en « éprouvette ». L’Instruction explique : « L’Eglise comprend la légitimité du désir d’avoir un enfant et comprend les souffrances des conjoints éprouvés par des problèmes d’infertilité. Ce désir ne peut cependant passer avant la dignité de la vie humaine, au point de la supplanter». (n°16)  Pour répondre au désir de nombreux couples stériles d’avoir un enfant, « Dignitas personae » encourage plutôt des mesures législatives appropriées pour faciliter l’adoption des nombreux enfants orphelins en recherche d’un foyer domestique (n°13).

Pour conclure, l’Instruction rappelle le sens profond du discours sur les questions bioéthiques : « L’enseignement moral de l’Eglise a parfois été accusé de comporter trop d’interdictions, (…) mais derrière chaque « non » se reflète, dans l’effort de discerner entre le bien et le mal, un grand « oui » à la reconnaissance de la dignité et de la valeur inaliénable de chaque être humain, particulier et unique, appelé à l’existence. » (n°36-37)

 

 

17 sept 2008 - Une fois de plus, les évêques de Belgique rappellent le drame des sans-papiers


Les évêques de Belgique se réjouissent d’apprendre que les enfants en situation irrégulière sur le territoire belge, ainsi que leur famille, ne seront désormais plus hébergés dans des centres fermés.
Ils saluent aussi la volonté de nos gouvernants d’aboutir à une solution globale qui sorte les sans-papiers du désarroi causé par l’incertitude et permette une politique de régularisation réaliste, juste et généreuse.
Ils comprennent que cela ne puisse se faire dans l’improvisation, mais appellent tous nos hommes politiques à ne pas perdre de vue l’urgence humanitaire de la situation.
Avec nombre d’associations qui œuvrent à leurs côtés, ils invitent une fois de plus les grévistes de la faim à mettre un terme à leur action.
Avec la même vigueur, ils demandent à tous les représentants politiques de prendre leur responsabilité dans ce dossier.
 
Les Evêques de Belgique
 
SIPI – Bruxelles, mercredi 17 septembre 2008
 
Contact: Mgr Aloys JOUSTEN, Evêque de Liège – T 04 230 31 57
 
Service de presse de la Conférence épiscopale de Belgique
1 rue Guimard 1040 Bruxelles
Tél. 02 509 96 96 – fax: 02 509 96 95
Porte-parole : Eric de Beukelaer – Gsm : 0474 35 90 27
E-mail : sipi@catho.be ou secr.sipi.ipid@catho.kerknet.be (secrétariat)

Déclaration des évêques de Belgique, "Soins palliatifs, oui ; euthanasie, non !" - 16 mai 2002

Soins palliatifs, oui; euthanasie, non !

La chambre des représentants vient de voter la proposition de loi qui légalise l'euthanasie. La Belgique est devenue dès lors un des rares pays au monde où il est permis légalement de tuer délibérément un être humain. Nulle part ailleurs on ne permet de procurer la mort volontairement et impunément " dans toute situation de souffrance ou de détresse, constante et insupportable, qui ne peut être apaisée, et qui résulte d'une affection grave et incurable ". L'euthanasie sera donc admise pour des malades qui pourraient encore vivre des années, ou pour des personnes dépressives depuis longtemps, ou même pour des handicapés physiques.

Nous répétons une fois encore avec force que tout ceci est, pour nous, en opposition directe avec ce qui fait le coeur d'une vie en société basée sur la dignité humaine et sur une longue histoire de la civilisation, à savoir le respect fondamental de la vie humaine, et d'abord celle des personnes les plus vulnérables.

L'enjeu de la loi sur l'euthanasie qui vient d'être votée est que la valeur et la dignité d'un être humain ne sont plus liées au fait de son existence, mais à ce qu'on appelle sa "qualité de vie". Cela signifie donc que l'État belge est d'accord avec le fait que telle vie humaine a moins de valeur que d'autres ; et en outre, que le contenu de cette qualité de vie sera laissé à l'appréciation subjective du malade lui-même ou d'autres personnes.

"La loi n'oblige personne à pratiquer l'euthanasie", nous objecte-t-on. Non, évidemment. Mais nous craignons que le malade ne subisse dans certains cas une lourde pression des membres de sa famille ou du personnel soignant afin qu'il soit euthanasié. Le médecin pourra-t-il s'opposer et dire non si les personnes concernées demandent l'euthanasie ? Ou bien risquera-t-il, en pratiquant l'euthanasie, d'aliéner le sens de sa profession ? Et laissera-t-on en paix les hôpitaux qui refusent qu'on pratique l'euthanasie chez eux ? On entend déjà que l'euthanasie pourra être exigée par les patients, quelles que soient les convictions philosophiques de l'établissement où il est soigné.

On reproche régulièrement à l'Église catholique, dans les débats autour de l'euthanasie, de vouloir laisser souffrir les gens inutilement et sans raison. C'est évidemment faux et cela nous blesse profondément. Depuis des siècles, les chrétiens ont beaucoup travaillé pour adoucir la souffrance des gens. L'Eglise s'est aussi exprimée plusieurs fois sans équivoque contre une prolongation inutile de la vie, c'est-à-dire contre l’acharnement thérapeutique. Car il est certain qu'il faut éviter de faire souffrir les autres, il faut réduire au maximum leurs souffrances. La question est de savoir si l'on peut obtenir cela en tuant quelqu'un ! Toute la tradition éthique de l'humanité a toujours répondu non à cette question. Y répondre maintenant oui revient à ouvrir une brèche dans cette tradition : on suscite une contradiction interne dans l'histoire de la civilisation. En effet jamais on n'a accordé autant d'attention à la protection de toute vie humaine ou de la nature; jamais on n'a tant investi pour maintenir en vie les gens et la nature. On a tellement progressé dans le traitement des personnes souffrantes; en particulier dans les soins palliatifs , que bientôt presque plus personne ne devra vivre ou mourir avec un mal insupportable. Certaines thérapies anti-douleur peuvent certes accélérer la mort. Mais la grosse différence par rapport à l'euthanasie est dans le but, l'esprit et la mentalité qui président au traitement : dans le combat contre la douleur, on veut supprimer la douleur de quelqu'un qui va mourir ; en euthanasiant, on met volontairement fin à la vie. Soigner revient à tuer !

Nous attendons beaucoup du développement futur et de la mise en oeuvre des soins palliatifs. Nous avons ici l'occasion de faire en sorte que nos êtres chers nous quittent d'une manière humaine et physiquement supportable, au lieu de devoir les tuer ou les faire tuer parce qu'ils n'en peuvent plus. Il faudra dans les années futures dégager davantage de moyens qu'on ne le fait aujourd'hui en faveur de la recherche et du traitement en matière de lutte contre la douleur.

Le vote de la proposition de loi n'est pas un point d'arrivée. Il ne nous dispense pas du droit et du devoir de promouvoir un principe de base de notre éthique : " Tu ne tueras pas. " Nous appelons tous les chrétiens à vivre et agir dans le monde sur base du respect de toute vie. Nous sommes persuadés que beaucoup de non-chrétiens partagent cette conviction avec nous. Les nombreux échos entendus en Commission sénatoriale nous le confirment sans équivoque. Une attitude idéologique a malheureusement étouffé ces voix. Mais l'éthique est ancrée dans la vérité qui habite le cœur de l'homme, pas dans d'autres motifs, quels qu'ils soient. Les chrétiens, en collaboration avec beaucoup d'autres, ont ici un rôle prophétique à jouer, avec humilité, mais avec décision, malgré les choix politiques du moment.

 

Déclaration des évêques de Belgique, "Soins palliatifs, oui ; euthanasie, non !", 16 mai 2002

 


.