INFOS FLASH

Soutenir l'Eglise catholique en faisant un don

Echos des diocèses

sept nouveaux prêtres pour le diocèse

08 Juillet 2014

ECHOS DES DIOCESES

Consultez d'autres Echos des dioceses

ordinations 2014

Ils y ont pensé avant souvent d'enfouir l'idée au plus profond de leur mémoire. Et puis ce projet de vie a fait son chemin, ils ont discerné et finalement, ils ont franchi les portes d'un séminaire. Sept années plus tard, ce long chemin connaît une étape cruciale. Claudio Diaz Gomez, Michel De Meulenaer, Pierre Dujardin, Reginaldo Lugarezi, Giovanni Sannino, Frédéric Simonis et Franck Toffoun sont les sept nouveaux prêtres du diocèse de Namur. Ils ont été ordonnés, dimanche, à la cathédrale Saint-Aubain en présence de plus de 1200 fidèles.
Le ciel se montre capricieux. Alors que l'on attend le soleil, c'est la pluie qui s'invite au moment où la longue procession doit s'ébranler de la place du Chapitre pour gagner la cathédrale. Qu'importe, il en faut plus pour déstabiliser le chanoine Eric Fallas, cérémoniaire. Il y aura bien une procession mais à l'intérieur de la cathédrale. Les 1200 fidèles sont debout pour accueillir les acolytes, les diacres, les prêtres, les chanoines et les évêques. Et bien sûr les ordinands qui les précédent. 
Dès le début de l'après-midi, Claudio Diaz Gomez, Michel De Meulenaer, Pierre Dujardin, Reginaldo Lugarezi, Giovanni, Frédéric Simonis et Franck Toffoun étaient déjà bien présents dans la cathédrale. Ils accueillaient la famille, les amis tous ceux et celles venus les soutenir, les féliciter. Une assemblée très cosmopolite où l'on s'interpellait en français bien sûr mais moins courant en espagnol, en italien, en portugais, en allemand et encore plus exceptionnel en lituanien. Des traductions simultanées étaient prévues, dans ces différentes langues, pour permettre à chacun de suivre la célébration dans les meilleures conditions. 
Comment expliquer ce côté international? De par la nationalité des nouveaux prêtres. Pierre Dujardin, Frédéric Simonis et Michel De Meulenaer sont Belges. Claudio Diaz Gomez vient du Paraguay, Reginaldo Lugarezi du Brésil, Giovanni Sannino d'Italie et Franck Toffoun du Bénin avant de résider en Allemagne. Cinq des sept ont étudiés au Studium du Séminaire de Namur. Les deux autres, frères Frédéric et frère Michel de la Fraternité de Tibériade se sont formés par ailleurs. Une assemblée très chaleureuse qui, à plusieurs reprises, se fera entendre à travers ses applaudissements. Une assemblée très jeune aussi, de très nombreux enfants étaient présents. Ils resteront attentifs malgré une célébration longue de plus de 3 heures trente. 

Ils entrent diacre et ressortent, de la cathédrale, prêtre 
Au début de cette célébration, les sept portent en travers de la poitrine, l'étole de diacre. Ils ont été ordonnés diacre, il y a plusieurs mois, en attendant cette ordination presbytérale. Une ordination qui débute par l'appel. Chacun répondant: ''Me voici''. Puis, chaque ordinand s'engagera personnellement exprimant, devant l'assemblée, sa volonté de recevoir cette ordination. Et c'est à genoux devant l'évêque, les mains entre celles de Mgr Vancottem, qu'ils lui promettront de vivre en communion avec lui dans le respect et l'obéissance. 
Moment toujours émouvant, celui de la supplication litanique. Les sept s'allongent face contre terre pendant la litanie des saints: une prière adressée, par l'Eglise, à la Vierge Marie, aux anges et à tous les saints. Prière pour ceux qui entament leur ministère. Cette prostration est encore le signe de la petitesse de l'homme: sans Dieu, il ne peut rien faire. L'apogée de l'ordination est l'imposition des mains de l'évêque et la récitation de la prière d'ordination. L'évêque étant le seul, par ce geste sacramentel, à conférer l'ordination. 

''La bonne odeur de Dieu'' 
Chasuble et étole seront remises au nouveau prêtre par un aîné. Un prêtre qu'il a choisi dont il se sent proche. L'évêque marquera encore les mains de chacun avec le saint chrême, cette huile parfumée d'une résine odorante. Elle est le signe de la bonne odeur de Dieu. Les mains sont ''les outils de travail'' du prêtre. Avec les mains, il va célébrer, donner les sacrements... Avant le baiser fraternel de l'évêque à ses nouveaux collaborateurs, ils s'agenouilleront, à tour de rôle devant lui. Et cette fois, c'est le calice et la patène que Mgr Vancottem mettra entre leurs mains avec cette phrase très belle: ''Recevez l'offrande du peuple saint pour la présenter à Dieu. Prenez bien conscience de ce que vous ferez, imitez dans votre vie ce que vous accomplirez par ces rites et conformez-vous au mystère de la croix du Seigneur.'' 
Quelques minutes plus tôt, dans son homélie, l'évêque avait redit l'importance de l'eucharistie dans la vie des chrétiens et du prêtre en particulier: ''L'eucharistie est le centre de la vie et de l'action du prêtre. Comme le rappelle Vatican II, en célébrant l'eucharistie, le prêtre n'est pas qu'un officiant, il est sacramentalement Jésus lui même qui parle et agit en lui.'' 

Début de ministère 
Le secret avait été bien gardé. Les nouveaux prêtres ont appris, un peu avant leur ordination, l'endroit où ils vont entamer leur ministère. Une nouvelle toujours très attendue du public. Et cette année n'a pas fait exception: chaque annonce a été saluée par des applaudissements. Ainsi l'abbé Pierre Dujardin est nommé vicaire pour le secteur d'Andoy et Sart-Bernard. L'abbé Franck Toffoun rejoint Florennes. L'abbé Giovanni Sannino est nommé à Jambes Saint Symphorien. L'abbé Claudio Diaz Gomez est lui nommé pour la paroisse de Jambes-Velaine. Il sera aussi formateur au séminaire Redemptoris Mater. Frère Frédéric sera prêtre, à Lavaux-Sainte-Anne, au sein de la Fraternité de Tibériade. Frère Michel De Meulenaer lui aussi de la Fraternité de Tibériade retournera en Lituanie où il vit depuis dix ans maintenant. L'abbé Reginaldo Lugarezi partira d'ici quelques semaines pour Rome. Il y poursuivra sa formation en suivant un cursus en théologie morale. 
Une célébration très belle au cours de laquelle une place importante a été laissée à la musique et aux -belles- voix. Emmanuël Clacens tenait les grandes orgues. François-Xavier Grandjean, l'orgue de choeur. Un quatuor de cuivres ajoutant encore une note solennelle à ces instants. La chorale était elle dirigée, comme d'habitude, par Grégory Decerf. Une chorale formée spécialement pour ces ordinations de passionnés du chant religieux. Et pour les soutenir, des professionnels du chant, des membres de la Maîtrise de la cathédrale.

C.B. 
Photos: A.S. et D.G.
D'autres articles sur: http:/www.diocesedenamur.be/

Consultez d'autres Echos des dioceses


.