INFOS FLASH

Soutenir l'Eglise catholique en faisant un don

Actualités

Mgr Léonard : 'Je vous dois quelques explications...'

03 Novembre 2010

ACTUALITES

Consultez d'autres Actualites

Mgr Léonard-gros plan

Dans une longue lettre adressée à ses collaborateurs et correspondants, titrée "Je vous dois quelques explications...", l'archevêque de Malines-Bruxelles précise ses propos suite à la polémique engendrée par la traduction en néerlandais d'un livre d'entretiens avec le journaliste Louis Mathoux et la récente diffusion du magazine de la RTBF "Questions à La Une".  Il apporte donc ses éclaircissements en espérant ainsi contribuer à la paix des cœurs.

 

Dans cette lettre, Mgr Léonard revient longuement sur les trois «propos» qui ont suscité la vague de protestation, concernant le sida, les homosexuels et enfin les prêtres âgés coupables d'abus sexuels graves.

Au sujet du sida, Mgr Léonard explicite le terme de "justice immanente" et conclut ne pas voir ce qu'il y a d'inconvenant à dire que la contamination par le HIV a été liée, à ses débuts, pour une part, à des comportements sexuels risqués. Il renvoie de plus à la page 175 du livre en question (p. 245 dans l'édition française), où il dit explicitement et avec force que les malades du sida ne peuvent jamais être discriminés !

Concernant "l'anormalité" de l'homosexualité, le prélat dit fuir "comme la peste ce langage, sauf quand le «questionneur» l'utilise avec insistance". Et de préciser sa pensée: "A la rigueur, on pourrait, si l'on y tient vraiment, risquer de dire que cette tendance n'est pas normale, en ce sens qu'elle n'est pas en cohérence avec la logique objective de la sexualité. Mais il vaut mieux l'éviter en raison de l'ambiguïté du terme. Et, de toute façon, cela n'autorise en aucune manière de dire que les homosexuels sont des « anormaux », ce qui serait gravement injurieux".

Enfin, sur le sort des prêtres ou religieux coupables d'abus sexuels quand ils sont malades ou âgés, Mgr Léonard a rappelé une nouvelle fois que les victimes doivent toujours s'adresser en priorité à la Justice. Mais que lorsque les faits étaient prescrits, ou quand les victimes se refusaient obstinément de s'adresser à la justice, il ne pouvait pas imposer une punition canonique publique, sans attendre le jugement de Rome. Tout au mieux, l'archevêque a-t-il suggéré de permettre à l'abuseur de reconnaître son forfait en présence de l'abusé, en faisant état d'une expérience bouleversante qu'il avait vécue récemment.

Ctb/PG

Le texte intégral de Mgr Léonard sur:

explications Mgr Léonard  Consultez: explications Mgr Léonard

Consultez d'autres Actualites

Toute l'info en continu sur le portail d'informations des Médias Catholiques


.